Jump to content

Recommended Posts

Bonjour à tous, 


je suis Laurence et je suis maman de deux enfants autistes, l'un de 27 ans et un autre de 10 ans. 
Je suis moi-même autiste diagnostiqué sur le tard. Il y a désormais une corrélation génétique dans l'autisme. L'autisme est pour moi, non pas un handicap mais une autre façon de ressentir les choses.

Je suis d'ailleurs devenue analyste du comportement pour l'autisme et j'aide des familles bénévolement car la prise en charge de l'autisme à un coût infernal pour les parents. J'ai créé alors une association pour les aider bénévolement.  Nous avons certes des difficultés relationnelles et communicationnelles et il est difficile de vivre en inclusion dans cette société qui ne nous comprend pas ou peu, enfin tout particulièrement en France. Par contre, je trouve que dans le monde spirituel, au contraire cela apporte un plus.

Nous avons une facilité déconcertante de nous déconnecter vite de ce monde pour passer dans l'autre, et bien souvent c'est ainsi que j'ai compris comment mes contacts venaient rapidement. 
D'âme à âme, nous nous connectons beaucoup plus vite, et nos ressentis sont en hypo ou en hyper, ce qui fait que pour mon expérience, je trouve que bien au contraire que notre sensibilité nous facilite la communication avec l'au-delà alors que nous n'arrivons pas à la vivre facilement dans ce monde. 
Nous ne comprenons pas l'abstrait et nous avons besoin d'aide pour réduire les difficultés de communication expressive et réceptive dans ce monde mais nos particularités sensorielles sont plutôt un atout pour cette communication spirituelle. 
Pour nous, c'est un besoin vital de se retirer et d'être dans notre bulle d'amour et anti-stress... C'est ainsi que l'on retrouve notre paix, qu'on se régénère et que l'on peut lâcher prise et faire le vide. 


Notre âme trouve enfin dans sa bulle, le silence qui est nécessaire pour faire émerger le vrai moi, se retirer de tout ce qui pollue l'esprit. Être en contact avec les autres et les codifications sociales demandent parfois de faire semblant ce qui est difficile pour un autiste. Quand on est socialement adapté, on doit répondre à des normes et des règles de la société qui sont souvent construites pour la masse et non pour des personnes individuelles. 
Biens souvent les personnes neurotypiques ( non autiste ) sont prêtes à écouter toutes ces règles de masse, mais en vérité cela ne tient pas compte des besoins individuels. Si on apprend à écouter nos propres besoins, on sort de la masse et de ce fait, on vit vraiment avec sa véritable conscience et notre propre vérité. Bien entendu, je ne parle pas des comportements dits anormaux, qu'il faut interdire, tel que la violence etc...


On nous reproche de toujours être direct et franc, nous les autistes et de souvent dire les choses sans détour, pourtant c'est ainsi que nous sommes vrais, comparés à des personnes qui suivent une route où ils ne réfléchissent pas et ne s'assument pas. J'ai appris que beaucoup de gens n'étaient pas de ce fait relié à leur propre conscience et suivent une route et une vie qui n'est faite que pour plaire et paraître... J'ai appris à accepter mon besoin de solitude, tandis que je vois beaucoup de gens en souffrir. 
Ce besoin de solitude m'a permise d'être en contact avec mon âme,  de ressentir ce qui ne fonctionne pas et de comprendre ce qui se passait autour de moi. Toute ma lumière intérieure émerge directement dans ces moments de solitude. Et je pense que de ce fait si les gens apprennent la méditation, c'est un peu comme venir à "ma bulle" d'autiste. Et c'est aussi ce que j'appelle "l'oraison"... Un dialogue intérieur ou un silence intérieur, qui permet l'émergence de cette lumière qui explique et apaise tout. 


On voit les autistes comme des personnes négatives qui s'enferment et j'ai entendu souvent en spiritualité, qu'on s'enfermait dans notre corps, qu'on venait s'incarner à moitié parce qu'on vivait un retour de karma. Je n'y crois pas  car je sais que l'autisme léger ou sévère permet à beaucoup d'évoluer justement grâce à notre contact.

Je pense qu'il faut au contraire une âme forte pour accepter de venir s'incarner autiste.

Je suis heureuse d'être autiste, je me suis adaptée à ce monde et j'en ai appris les codes même si parfois je dois poursuivre ce travail de décodage pour le comprendre, mais je ne changerais pas ma vie, même si cela semble parfois compliqué. En tout cas mon incarnation me fera évoluer mais elle fera évoluer aussi d'autres âmes à mon contact et si le monde spirituel se sert de moi comme un instrument pour entrer en contact plus rapidement alors "c'est ok."

En tant qu'autiste je chante, je peins, j'écris, j'aime apprendre, tant que cela est dans mon intérêt restreint. 
J'ai appris aussi que je rentre en transe quand je chante et le contact se fait encore plus vite.

D'ailleurs souvent je passe beaucoup de temps à chanter en TCI visuelle. Et je chante avant une TCI audio. Cela me met en transe, et j'ai beaucoup plus vite des résultats.


Je suis depuis petite, médium sans vraiment m'y être intéressée, j'ai vécu des manifestations mais sans pourtant vouloir y prêter attention, surement plus par déni à cause d'une histoire familiale compliqué. J'ai vécu une sorte de sortie astrale négative à six ans lors d'une opération chirurgicale, et j'en ai gardé des traces fortes. Puis j'ai vécu une EMI en 2001 suite à un accident de voiture, qui m'a permise de sentir cet amour divin.

" Comment as-tu aimé Laurence ? et qu'as-tu fait de ta vie ?" ce sont les deux questions que je garde avant mon retour dans mon corps. Suite à mon EMI, j'ai de plus en plus chaque année vécue des contacts, acceptant alors ce que je vivais... C'est en 2007 que je vais découvrir La transcommunication instrumentale, lors d'un voyage à Fátima. La voix de mon père partie de l'autre côté en 1996 se trouvait sur la bande-son de la petite vidéo que j'avais faite dans les jardins de Fátima. Je me suis alors posé la question de "comment il avait fait ?" L'après-vie, je n'en doutais pas, l'ayant vécu, mais comment pouvait-il faire pour physiquement laisser l'empreinte de sa voix ? finalement je vais découvrir les travaux du père BRUNE prêtre français qui avait écrit des livres sur le sujet. Dès lors, je tente un contact qui va produire des résultats immédiats.

C'est ainsi que je crée l'association Narej Fréquence Vie qui permet aux gens de vivre l'expérience de la transcommunication. Je reçois alors les gens, tous les mois, chez moi ou dans un local pour vivre en direct ensemble des séances trans-com. Plusieurs années plus tard, nous continuons notre chemin de contact et je suis nommée par l'équipe de l'autre côté, la poète des voix, car je chante, je prie, et je vibre par le coeur.

Je progresse chaque année, produisant beaucoup de message que je vis et analyse en direct avec les familles.  Je suis souvent décriée par le monde médical dans lequel je travaille, car avoir des contacts avec le monde spirituel, c'est être considéré psychotique, tout comme l'autisme est considéré comme tel en France. Ce n'est pas une maladie, et encore moins une maladie mentale. Il y a des dyslexiques et des dyspraxiques, comme il y a des autistes, sévère ou non. Et il y a autant de formes d'autismes qu'il y a d'autistes...

Pourtant, personne ne pourra jamais briser ma foi, et encore moins la passion pour laquelle je vibre. J'essaie de participer à l'amélioration de ces communications et je suis d'accord pour tenter toutes sortes de matériels et de le faire en tentant d'apporter des preuves, car le but est de montrer que la vie après la vie est bien réelle, un chemin d'amour, de paix, de quiétude, de plénitude, qui viendra quand nous nous désincarnerons.

Mon intérêt est surtout pour la TCI audio mais aussi la TCI visuelle. J'aime beaucoup Chico Xavier, il est pour moi la plus grande référence dans le domaine de la spiritualité et je l'ai d'ailleurs capté une fois en présence d'une amie médium, ce fut un moment de joie. J'utilise tous les supports, EVP, radio, Ghost box, bruit blanc, grattement d'ongles sur une surface, etc... et pour la TCI visuelle, l'eau, la brume, fumée etc... Je change souvent et j'apprends ... 


Heureuse de découvrir ce site de partage, comme le colibri, je tenterais d'apporter mon petit lot à ma façon. 


Laurence 

( Et vincent est mon mari, lui aussi très spirituel )
 

text (44).png

Link to post
Share on other sites
Just now, vincent said:

Bonjour à tous, 


je suis Laurence et je suis maman de deux enfants autistes, l'un de 27 ans et un autre de 10 ans. 
Je suis moi-même autiste diagnostiqué sur le tard. Il y a désormais une corrélation génétique dans l'autisme. L'autisme est pour moi, non pas un handicap mais une autre façon de ressentir les choses.

Je suis d'ailleurs devenue analyste du comportement pour l'autisme et j'aide des familles bénévolement car la prise en charge de l'autisme à un coût infernal pour les parents. J'ai créé alors une association pour les aider bénévolement.  Nous avons certes des difficultés relationnelles et communicationnelles et il est difficile de vivre en inclusion dans cette société qui ne nous comprend pas ou peu, enfin tout particulièrement en France. Par contre, je trouve que dans le monde spirituel, au contraire cela apporte un plus.

Nous avons une facilité déconcertante de nous déconnecter vite de ce monde pour passer dans l'autre, et bien souvent c'est ainsi que j'ai compris comment mes contacts venaient rapidement. 
D'âme à âme, nous nous connectons beaucoup plus vite, et nos ressentis sont en hypo ou en hyper, ce qui fait que pour mon expérience, je trouve que bien au contraire que notre sensibilité nous facilite la communication avec l'au-delà alors que nous n'arrivons pas à la vivre facilement dans ce monde. 
Nous ne comprenons pas l'abstrait et nous avons besoin d'aide pour réduire les difficultés de communication expressive et réceptive dans ce monde mais nos particularités sensorielles sont plutôt un atout pour cette communication spirituelle. 
Pour nous, c'est un besoin vital de se retirer et d'être dans notre bulle d'amour et anti-stress... C'est ainsi que l'on retrouve notre paix, qu'on se régénère et que l'on peut lâcher prise et faire le vide. 


Notre âme trouve enfin dans sa bulle, le silence qui est nécessaire pour faire émerger le vrai moi, se retirer de tout ce qui pollue l'esprit. Être en contact avec les autres et les codifications sociales demandent parfois de faire semblant ce qui est difficile pour un autiste. Quand on est socialement adapté, on doit répondre à des normes et des règles de la société qui sont souvent construites pour la masse et non pour des personnes individuelles. 
Biens souvent les personnes neurotypiques ( non autiste ) sont prêtes à écouter toutes ces règles de masse, mais en vérité cela ne tient pas compte des besoins individuels. Si on apprend à écouter nos propres besoins, on sort de la masse et de ce fait, on vit vraiment avec sa véritable conscience et notre propre vérité. Bien entendu, je ne parle pas des comportements dits anormaux, qu'il faut interdire, tel que la violence etc...


On nous reproche de toujours être direct et franc, nous les autistes et de souvent dire les choses sans détour, pourtant c'est ainsi que nous sommes vrais, comparés à des personnes qui suivent une route où ils ne réfléchissent pas et ne s'assument pas. J'ai appris que beaucoup de gens n'étaient pas de ce fait relié à leur propre conscience et suivent une route et une vie qui n'est faite que pour plaire et paraître... J'ai appris à accepter mon besoin de solitude, tandis que je vois beaucoup de gens en souffrir. 
Ce besoin de solitude m'a permise d'être en contact avec mon âme,  de ressentir ce qui ne fonctionne pas et de comprendre ce qui se passait autour de moi. Toute ma lumière intérieure émerge directement dans ces moments de solitude. Et je pense que de ce fait si les gens apprennent la méditation, c'est un peu comme venir à "ma bulle" d'autiste. Et c'est aussi ce que j'appelle "l'oraison"... Un dialogue intérieur ou un silence intérieur, qui permet l'émergence de cette lumière qui explique et apaise tout. 


On voit les autistes comme des personnes négatives qui s'enferment et j'ai entendu souvent en spiritualité, qu'on s'enfermait dans notre corps, qu'on venait s'incarner à moitié parce qu'on vivait un retour de karma. Je n'y crois pas  car je sais que l'autisme léger ou sévère permet à beaucoup d'évoluer justement grâce à notre contact.

Je pense qu'il faut au contraire une âme forte pour accepter de venir s'incarner autiste.

Je suis heureuse d'être autiste, je me suis adaptée à ce monde et j'en ai appris les codes même si parfois je dois poursuivre ce travail de décodage pour le comprendre, mais je ne changerais pas ma vie, même si cela semble parfois compliqué. En tout cas mon incarnation me fera évoluer mais elle fera évoluer aussi d'autres âmes à mon contact et si le monde spirituel se sert de moi comme un instrument pour entrer en contact plus rapidement alors "c'est ok."

En tant qu'autiste je chante, je peins, j'écris, j'aime apprendre, tant que cela est dans mon intérêt restreint. 
J'ai appris aussi que je rentre en transe quand je chante et le contact se fait encore plus vite.

D'ailleurs souvent je passe beaucoup de temps à chanter en TCI visuelle. Et je chante avant une TCI audio. Cela me met en transe, et j'ai beaucoup plus vite des résultats.


Je suis depuis petite, médium sans vraiment m'y être intéressée, j'ai vécu des manifestations mais sans pourtant vouloir y prêter attention, surement plus par déni à cause d'une histoire familiale compliqué. J'ai vécu une sorte de sortie astrale négative à six ans lors d'une opération chirurgicale, et j'en ai gardé des traces fortes. Puis j'ai vécu une EMI en 2001 suite à un accident de voiture, qui m'a permise de sentir cet amour divin.

" Comment as-tu aimé Laurence ? et qu'as-tu fait de ta vie ?" ce sont les deux questions que je garde avant mon retour dans mon corps. Suite à mon EMI, j'ai de plus en plus chaque année vécue des contacts, acceptant alors ce que je vivais... C'est en 2007 que je vais découvrir La transcommunication instrumentale, lors d'un voyage à Fátima. La voix de mon père partie de l'autre côté en 1996 se trouvait sur la bande-son de la petite vidéo que j'avais faite dans les jardins de Fátima. Je me suis alors posé la question de "comment il avait fait ?" L'après-vie, je n'en doutais pas, l'ayant vécu, mais comment pouvait-il faire pour physiquement laisser l'empreinte de sa voix ? finalement je vais découvrir les travaux du père BRUNE prêtre français qui avait écrit des livres sur le sujet. Dès lors, je tente un contact qui va produire des résultats immédiats.

C'est ainsi que je crée l'association Narej Fréquence Vie qui permet aux gens de vivre l'expérience de la transcommunication. Je reçois alors les gens, tous les mois, chez moi ou dans un local pour vivre en direct ensemble des séances trans-com. Plusieurs années plus tard, nous continuons notre chemin de contact et je suis nommée par l'équipe de l'autre côté, la poète des voix, car je chante, je prie, et je vibre par le coeur.

Je progresse chaque année, produisant beaucoup de message que je vis et analyse en direct avec les familles.  Je suis souvent décriée par le monde médical dans lequel je travaille, car avoir des contacts avec le monde spirituel, c'est être considéré psychotique, tout comme l'autisme est considéré comme tel en France. Ce n'est pas une maladie, et encore moins une maladie mentale. Il y a des dyslexiques et des dyspraxiques, comme il y a des autistes, sévère ou non. Et il y a autant de formes d'autismes qu'il y a d'autistes...

Pourtant, personne ne pourra jamais briser ma foi, et encore moins la passion pour laquelle je vibre. J'essaie de participer à l'amélioration de ces communications et je suis d'accord pour tenter toutes sortes de matériels et de le faire en tentant d'apporter des preuves, car le but est de montrer que la vie après la vie est bien réelle, un chemin d'amour, de paix, de quiétude, de plénitude, qui viendra quand nous nous désincarnerons.

Mon intérêt est surtout pour la TCI audio mais aussi la TCI visuelle. J'aime beaucoup Chico Xavier, il est pour moi la plus grande référence dans le domaine de la spiritualité et je l'ai d'ailleurs capté une fois en présence d'une amie médium, ce fut un moment de joie. J'utilise tous les supports, EVP, radio, Ghost box, bruit blanc, grattement d'ongles sur une surface, etc... et pour la TCI visuelle, l'eau, la brume, fumée etc... Je change souvent et j'apprends ... 


Heureuse de découvrir ce site de partage, comme le colibri, je tenterais d'apporter mon petit lot à ma façon. 


Laurence 

( Et vincent est mon mari, lui aussi très spirituel )
 

text (44).png

 

text - 2021-01-29T020901.534 (2).png

143319365_1434245730254351_3231045778458928319_n.jpg

text (101).png

144792633_1435715596774031_7815424903325661938_n.jpg

text (3).png

Link to post
Share on other sites

hello all,
I am Laurence and I am the mother of two autistic children, one 27 years old and another 10 years old.
I myself am late diagnosed with autism. There is now a genetic correlation in autism. Autism is for me not a handicap but a different way of seeing things.

I have also become a behavior analyst for autism and I help families on a voluntary basis because the management of autism at a hellish cost for parents. I then created an association to help them on a voluntary basis. We certainly have relational and communication difficulties and it is difficult to live in inclusion in this society which does not understand us or very little, well especially in France. On the other hand, I find that in the spiritual world, on the contrary, it brings more.

We have a disconcerting facility to disconnect quickly from this world to move into the next, and very often this is how I understood how my contacts came quickly.
From soul to soul, we connect much faster, and our feelings are in hypo or in hyper, which for my experience, I find that on the contrary that our sensitivity facilitates us the communication with the beyond. whereas we do not manage to live it easily in this world.
We do not understand the abstract and we need help to reduce the difficulties of expressive and receptive communication in this world, but our sensory peculiarities are rather an asset for this spiritual communication.
For us, it is a vital need to withdraw and be in our bubble of love and anti-stress ... This is how we find our peace, that we regenerate and that the you can let go and empty yourself.

Our soul finally finds in its bubble, the silence which is necessary to bring out the true self, to withdraw from all that pollutes the spirit. Being in contact with others and social codifications sometimes require pretending which is difficult for an autistic person. When one is socially adapted, one has to respond to societal norms and rules that are often built for the masses and not for individual people.
Quite often neurotypical (non-autistic) people are ready to listen to all these ground rules, but in truth this ignores individual needs. If we learn to listen to our own needs, we come out of the crowd and as a result, we really live with our true conscience and our own truth. Of course, I am not talking about so-called abnormal behavior, which must be prohibited, such as violence etc ...


We are criticized for always being direct and frank, we autists and often saying things bluntly, yet this is how we are true, compared to people who follow a road where they do not think and do not take responsibility. not. I learned that many people were therefore not connected to their own consciousness and follow a path and a life which is only made to please and appear ... I have learned to accept my need for solitude , while I see a lot of people suffering from it.
This need for solitude allowed me to be in touch with my soul, to feel what is not working and to understand what is going on around me. All my inner light emerges directly in these moments of solitude. And I think because of that if people learn meditation, it's kind of like coming to “my autistic bubble”. And it is also what I call "prayer" ... An interior dialogue or an interior silence, which allows the emergence of this light which explains and calms everything.

We see autistic people as negative people who lock themselves in and I have often heard in spirituality, that we lock ourselves in our body, that we come to half incarnate because we are experiencing a return of karma. I do not believe it because I know that mild or severe autism allows a lot to evolve precisely thanks to our contact.

I think, on the contrary, that you need a strong soul to agree to come and incarnate autistic.

I am happy to be autistic, I have adapted to this world and learned the codes even if sometimes I have to continue this decoding work to understand it, but I would not change my life, even if it sometimes seems complicated. In any case my incarnation will make me evolve but it will also make other souls evolve in my contact and if the spiritual world uses me as an instrument to make contact more quickly then "it's ok."

As an autist I sing, I paint, I write, I love to learn, as long as it is in my limited interest.
I also learned that I go into a trance when I sing and the contact is made even faster.

Besides, I often spend a lot of time singing in visual TCI. And I sing before an audio TCI. It puts me in a trance, and I get results much faster.


Since I was little, I have been a medium without really being interested in it, I have experienced demonstrations but without wanting to pay attention to them, probably more out of denial because of a complicated family history. I experienced a kind of negative astral exit at six years old during a surgical operation, and I have kept strong traces of it. Then I experienced a NDE in 2001 following a car accident, which allowed me to feel this divine love.
"How did you like Laurence? And what have you done with your life?" these are the two questions that I keep before I return to my body. Following my NDE, each year I lived more and more contacts, accepting what I was going through ... It is in 2007 that I will discover The instrumental transcommunication, during a trip to Fátima. My father's voice that left the other side in 1996 was on the soundtrack of the little video I made in the gardens of Fátima. I then asked myself the question "how did he do it?" The afterlife, I had no doubt, having lived it, but how could he do to physically leave the imprint of his voice? finally I will discover the work of Father BRUNE, French priest who had written books on the subject. Therefore, I try a contact that will produce immediate results.

This is how I created the association Narej Fréquence Vie which allows people to live the experience of transcommunication. I then receive people, every month, at home or in a room to live together trans-com sessions. Several years later, we continue our path of contact and I am nominated by the team on the other side, the poet of voices, because I sing, I pray, and I vibrate through my heart.

I progress every year, producing a lot of message that I live and analyze live with families. I am often criticized by the medical world in which I work, because having contact with the spiritual world is to be considered psychotic, just as autism is considered as such in France. It is not an illness, much less a mental illness. There are dyslexics and dyspraxics, just as there are autists, severe or not. And there are as many forms of autism as there are autists ...

Yet no one will ever be able to break my faith, let alone the passion for which I vibrate. I try to participate in the improvement of these communications and I agree to try all kinds of materials and to do it by trying to provide evidence, because the goal is to show that the afterlife is fine. real, a path of love, of peace, of tranquility, of plenitude, which will come when we disincarnate.
My interest is mainly for audio TCI but also visual TCI. I really like Chico Xavier, he is for me the greatest reference in the field of spirituality and I also captured him once in the presence of a medium friend, it was a moment of joy. I use all media, EVP, radio, Ghost box, white noise, scratching nails on a surface, etc ... and for visual TCI, water, mist, smoke etc ... I change often and I learn ...


Happy to discover this sharing site, like the hummingbird, I would try to bring my little bundle in my own way.


Laurence

(And vincent is my husband, also very spiritual)

text (6).png

text (20) 1.png

text (20).png

text (28).png

Link to post
Share on other sites
  • iDigitalMedium Research Team

Hello Laurence and welcome to the forum!

I liked your explanation of autism!! And thank you for sharing your story!

I resonate with it because I always considered that I might be a very mild case of Asperger's. I'm not sure as I have only very soft, and/or episodic, characteristics.

For example... my mom kicked my dad out when I was just a couple of months old, and he just left us and never looked back. But my mom, being now single, worked like 24/7 to support me, and later my younger sister, with whom I pretty much had, and still have, almost no relationship (we don't fight or anything, is more like we're are completely disconnected).  Since I was about 5, and up until 20-some, my mom started a relationship with a married man, who would come and spend one or two days with us every once in a while, and who I always called dad, even though he wasn't, and was almost never, ever home. 

So, from the get go I was basically left alone. But here's the kicker: I "know" that for (normal) people, that means a sad, negative thing. But it was never negative for me. That's not how I felt, like never. I was just too happy on my own devices, always had been, and have the idea that I would have been less happy if I had normal caring parents.

I recall being a teen, or a young adult, talking about this, and "seeing" how people reacted as if that would have been traumatic, or such, without being able to even understand why would it be traumatic to begin with.

When I was like 7, my school teacher told my mom that I was autistic. What happened was that I was completely disengaged from school, the other students, the teachers... everything. I spent all the time, all day long, all year long abstracted away, in my own thoughts.

My mom took me to a doctor and he said that no, I was just bored. Like incredibly bored. So, technically, no, I was not autistic. But I can't be sure. Specially because I have like zero episodic memory of my childhood. The story above I just learned it. I don't recall a thing.  Though I don't recall the teacher either, nor the other students... so, I don't know.

As I grew older, I seem to start to learn how to connect, emotionally, to other people. So I kind of felt pretty "neurotypical" when I was a teen.
On the other hand, I still had, every once in a while, like odd behaviors and such. For example...

One day at high school, when I was 16, a boy told me to go ask some smoking hot girl if she was a Virgin. I did, not having a clue about what that word meant. And the girl got really, but really pissed off, and started chasing me all over the school yard. While all the kids where laughing at me, I just couldn't understand what was happening, even though I reasoned that the word must be something bad. What I couldn't understand was how someone could be mad from just being told something.  

By the time I was like 18, or 19, I would not think of myself as autistic or any such thing. While I had like zero social skills and was totally unconnected to people as a child (had no friends, etc...), by that age I felt, or considered myself, socially normal (though I wonder now if others would agree about that). I had my pack of friends, chased (but never get) girls, etc... just like any neurotypical boy my age.
But, I still would have what I would later call "autistic episodes". 

Once, for example, I was like 20, and I met a super hot girl on the beach. I struck up a conversation and next thing I know we were making plans for that night. She and her girl friends were from a nearby town, and me and my own (male) friends were going to go with them to a night club on their town after the evening. That could have been the best romantic pick up of my entire life, something that I just ever had done before, except that...

At some point, I just stood up, walked away, who knows why, and... totally forgot about her. Is not a "forgot" as in a memory thing. It was as if I had been shifted to an alternative reality were the encounter had just never happened. I spend several hours doing who knows what... until I kind of snapped back into the real reality, and suddenly realized I had walked away and never came back from them. When I got to the spot I had left them, they were still there, only to insult me for 30 minutes about the fact that I left her without any explanation, and that they missed the bus back home because she didn't want to leave without seeing me again. 🥴

But as I said, I didn't really left her standing.. not really... she just like disappeared from the preceding timeline in my head.

Much much later as an adult, my son's doctor diagnosed me with a strange form of Asperger's she's never seen. As if I were like that but not at the same time. Very odd.

Going back to my childhood, as I said, it never ever felt traumatic. Which would perfectly be the case if I were autistic is some way or degree. But I wondered, as an adult, if it wasn't traumatic nonetheless. As it happens, I found myself experiencing (or suffering, depending on how you want to see it), from a very, very nasty thing called "Limerence" which is supposed to be rooted in unresolved attachment issues from early childhood.  

In any case, as an adult (I'm 50 now), I see myself as quite neuro-typical, well connected emotionally, and always having a very good time around people (in fact I practice several group sports just for the fun of being with other people). That doctor said that it is as if my brain just rewired as I grew older. BUT... it is quite a fact that I just have to be in solitude, as you said it, each and every day, and a good part of it in fact. As I work home, that is easily done.

 

 

 

 

 

 

 

 

Link to post
Share on other sites

Fernando Luis Cacciola Carballal

Reading you, I understand that every autistic life course is different. I also think it's a light form of asperger. In any case, I also found myself in your sharing. People cannot understand the moments of disconnection that lead us to experience uncomfortable situations as you described with the group at the beach.

Being in the moment with the group with a goal then the moment after forgetting the why to experience "something else" because they are no longer in front of our eyes or out of our mind. Then after a while to come back to reality and without seeing the "problem" of physical absence resume the course of this moment with the others.

I often experience a friendship drama, because if I don't see my friends, I don't think about them and I can go months without giving any news. What annoys certain, while ultimately it is not no-love, nor the intention to be selfish, but simply an internal functioning which sometimes makes things complicated for people who think and systematically experience relationships on the emotional level.

I always find it hard to tell people not to be friends with me if they want a relationship based on constant conversation. Which doesn't mean that I don't like being in a group, I have evolved a lot on this subject, but above all I understood that I was living in the present moment.

If I am able to think of the friend for whom I have not given any news for months, and who comes to mind for a specific subject, he returns to my consciousness and therefore I will make contact with him as if we had left the day before. I am happy for this exchange and thank you for your welcome, looking forward to sharing.

Laurence

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En vous lisant, je comprends que chaque parcours autistique est différent. Je pense aussi que c'est une forme d'asperger légère. En tout cas, je me suis aussi retrouvée dans votre partage. Les gens ne peuvent pas comprendre les moments de déconnexion qui nous entraîne à vivre des situations de malaise tel que vous l'avez décrit avec le groupe à la plage. Être dans l'instant avec le groupe avec un objectif puis l'instant d'après avoir oublié le pourquoi pour vivre "autre chose" parce qu'ils ne sont plus sous nos yeux ou sortis de notre esprit. Puis au bout d'un certain temps revenir dans la réalité et sans voir le "problème" de l'absence physique reprendre le cours de ce moment avec les autres. Je vis souvent un drame sur le plan de l'amitié, car si je ne vois pas mes ami(e)s, je ne pense pas à eux et je peux rester des mois sans donner de nouvelles. Ce qui fâche certain, alors que finalement ce n'est pas du non-amour, ni l'intention d'être égoïste, mais simplement un fonctionnement interne qui rend parfois les choses compliquées pour des personnes qui pensent et vivent systématiquement les relations sur le plan émotionnel. J'ai toujours peine à dire aux gens de ne pas être ami(e) avec moi, s'ils veulent une relation basée sur des échanges constants. Ce qui ne veut pas dire que je n'aime pas être en groupe, j'ai beaucoup évolué sur ce sujet, mais j'ai surtout compris que je vivais dans l'instant présent. Si je suis en mesure de penser à l'ami pour lequel, je n'ai pas donné de nouvelles depuis des mois, et qui me revient à l'esprit pour un sujet précis, il se replace à ma conscience et dès lors je vais prendre contact avec lui comme si on s'était quitté la veille. Je suis bienheureuse de cet échange et vous remercie pour votre accueil, au plaisir d'échanger. 

laurence 

Link to post
Share on other sites
  • iDigitalMedium Research Team

Hi Laurence,

Thank you once again for sharing. This is very interesting.... I've never talked to, another I guess? autistic person ever before, and from your post I'm getting a lot of new insight into myself!

That "explanation" about the significance of having something in front of you, and the consequent effect of not having them in "the moment" anymore, makes a LOT of sense to me. Episodes like that one I had plenty, specially as a child and then a teen. Once, at around 12, we were about to go out... I was ready first, so my mom told me to go play outside for a while as they were getting ready. Well, I did... for 5 hours! I still recall when I came back, I saw the police, mom mom yelling at me... and I just couldn't understand what was the problem until I reasoned out that I was supposed to only play for a few minutes!

In time, I figured on my own that the way to "solve" it was to set like a mental alarm clock--a few dozens, actually--to brings all the important stuff back into the front of my mind several times per hour. Over time it became an habit, and now I still do the same but I barely notice doing it.

Also, what you said about your friends.... I could have written the exact same thing! It took me years and years of therapy to learn that, just as you said, is not "no-love" but the fact that I just don't think about my friends, nor family, or anything for that matter, when I'm not seeing them/it. 


Well... now as an adult, it's almost not like that any more, but only because of this sort of "alarm clock" that I've setup which manually puts important people and stuff back into my head all the time. But I certainly had my share of friendship drama because of this, just as you said!

And also as you said, I can have a blast of a day today with someone, super connected and it can felt like the best day ever.. then the next day I can switch to something else and I might not see that friend for years, even decades... and it's like nothing. Maybe I'd see him or her again and as you said is like we saw each other just the day before.

Fortunately my wife knows this about me very well and she makes sure I keep all my relationships checked in term 😀

 

Link to post
Share on other sites
  • iDigitalMedium Research Team

Hi Laurence,

your description of your life with autism really was touching. From what you told you managed to turn your autism into a very effective path of spiritual evolvement. In that way you seem to be nearer to spiritual self esteem as most of us are actually. I also was impressed by the way you are handling the distorted view of the people around you on your autism.

Lot's of things you told us are resonating with me a lot. Even I am not an Autist I often feel the need of separating myself from this world and it's inhabitants. While your reservate is the silence of your self chosen solitude, mine generally is sleeping to get off this physical plane. Thus I completely acknowledge your behavior. I also appreciate your honesty and being frankly about it. In case you do so it's my task to extract from it what needs to be fixed inside me and leave the rest behind. So you're welcome completely here Laurence !

 

Link to post
Share on other sites
  • Administrators

Hi Laurence, welcome!

I'm sorry I haven't had much time to follow your work here, as well as the others. But I do think it is excellent, and we need samples of pictures from our experiments. I also appreciate your detailed description of who you are and what you do.

This picture below from the Perlin Stream - is excellent!

text (44).png

 

This site has a photo gallery - I would like to ask you to consider creating a photo gallery of your best photos using different methods. Try to pick your top photos of all time. It would be wonderful if you would create a gallery, we would be very grateful.

Visit here: https://www.varanormal.com/gallery/

Talk to you later,

Keith

Link to post
Share on other sites
Le 24/02/2021 à 19h06, Andres Ramos a déclaré:

Hi Laurence,

your description of your life with autism really was touching. From what you told you managed to turn your autism into a very effective path of spiritual evolvement. In that way you seem to be nearer to spiritual self esteem as most of us are actually. I also was impressed by the way you are handling the distorted view of the people around you on your autism.

Lot's of things you told us are resonating with me a lot. Even I am not an Autist I often feel the need of separating myself from this world and it's inhabitants. While your reservate is the silence of your self chosen solitude, mine generally is sleeping to get off this physical plane. Thus I completely acknowledge your behavior. I also appreciate your honesty and being frankly about it. In case you do so it's my task to extract from it what needs to be fixed inside me and leave the rest behind. So you're welcome completely here Laurence !

 

Hi Andres Ramos,

Merci pour ces mots encourageants, j'ai également lu votre présentation avec intérêt et j'étais très intéressé par les impulsions spirituelles, l'interférométrie laser et le noise gating. J'ai hâte d'apprendre, je suis quelqu'un qui aime comprendre et vivre des expériences qui enrichissent notre âme. En tant que membre de ce précieux groupe, je suivrais vos conseils avec intérêt.

Il est vrai que le besoin de réserve dans la sortie astrale, de dormir pour se régénérer ailleurs est aussi quelque chose que j'ai souvent appliqué dans l'enfance et dans ma vie de jeune femme. La résilience et la réparation de nos traumatismes permettent, il est vrai de rester dans l'instant présent sans avoir à rester figé sur un passé qui obsède nos pensées et ne permet pas de se réaliser réellement. Je vous comprends forcément, merci pour votre accueil.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Merci pour ces paroles encourageantes, j'ai lu aussi avec intérêt votre présentation et j'ai été fortement intéressé par les impulsions spirituelles, l'interférométrie laser et le noise gating. J'ai hâte d'apprendre, je suis quelqu'un qui aime comprendre et faire des expériences qui nous enrichissent l'âme. Je suivrais vos conseils avec intérêt comme les membres de ce précieux groupe. 

Il est vrai que le besoin de réserve en sortie astral, dormir pour se régénérer dans l'ailleurs est aussi une chose que j'ai appliquée souvent dans l'enfance et dans ma vie de jeune femme. La résilience et la réparation de nos traumas permet, c'est vrai de rester dans l'instant présent sans devoir rester figé sur un passé qui obsède nos pensées et ne permets pas de se réaliser véritablement. Je vous comprends forcément, je vous remercie pour votre accueil.  

Laurence

 

Link to post
Share on other sites
On 24/02/2021 at 18:32, Fernando Luis Cacciola Carballal said:

Hi Laurence,

Merci encore pour le partage. C'est très intéressant ... Je n'en ai jamais parlé, un autre je suppose? personne autiste jamais auparavant, et à partir de votre message, je reçois beaucoup de nouvelles idées sur moi-même!

Cette «explication» sur la signification d'avoir quelque chose devant vous, et l'effet qui en résulte de ne plus l'avoir dans «le moment», a BEAUCOUP de sens pour moi. Des épisodes comme celui-là, j'en ai eu beaucoup, surtout quand j'étais enfant, puis adolescent. Une fois, vers 12 ans, nous étions sur le point de sortir ... J'étais prêt le premier, alors ma mère m'a dit d'aller jouer dehors pendant un moment car ils se préparaient. Eh bien, je l'ai fait ... pendant 5 heures! Je me souviens encore quand je suis revenu, j'ai vu la police, maman maman me crier dessus ... et je ne pouvais tout simplement pas comprendre quel était le problème jusqu'à ce que je me dise que je devais jouer seulement pendant quelques minutes!

Avec le temps, j'ai pensé par moi-même que le moyen de «résoudre» le problème était de le régler comme un réveil mental - quelques dizaines, en fait - pour ramener tous les éléments importants dans mon esprit plusieurs fois par heure . Au fil du temps, c'est devenu une habitude, et maintenant je fais toujours la même chose mais je remarque à peine le faire.

Aussi, ce que vous avez dit de vos amis ... J'aurais pu écrire exactement la même chose! Il m'a fallu des années et des années de thérapie pour apprendre que, comme vous l'avez dit, ce n'est pas "sans amour" mais le fait que je ne pense tout simplement pas à mes amis, ni à ma famille, ni à quoi que ce soit d'ailleurs, Je ne les vois pas. 


Eh bien ... maintenant, en tant qu'adulte, ce n'est presque plus comme ça, mais seulement à cause de ce genre de "réveil" que j'ai installé et qui me remet tout le temps des personnes importantes et des choses dans la tête. Mais j'ai certainement eu ma part de drame d'amitié à cause de cela, comme vous l'avez dit!

Et aussi comme vous l'avez dit, je peux passer une bonne journée aujourd'hui avec quelqu'un, super connecté et cela peut sembler être le meilleur jour de ma vie .. puis le lendemain, je peux passer à autre chose et je pourrais ne pas voir cet ami pendant des années , voire des décennies ... et ça ne ressemble à rien. Peut-être que je le reverrais et comme vous l'avez dit, c'est comme si nous nous sommes vus la veille.

Heureusement, ma femme le sait très bien à mon sujet et elle s'assure que toutes mes relations sont vérifiées à terme 😀

 

With all these exchanges, I feel less alone with this behavior ...

it is true that those around us help us refocus, because otherwise we would tend to focus only on what we are experiencing in the present moment, forgetting what is around us. We do not suffer from it, but it is others who do. This does not make us asocial beings but people with a different functioning and I am certainly the person most loyal to my friends without having to enter into a system of long term social codes. A person who is a friend of mine asks me to claim the moon, that I would try to bring it to him or her if possible. And yet indeed, this same person could not receive my visit for 2 years, without my experiencing any emotional lack. Yet it is a strong bond that remains in the soul. Thank you for our discussions and I am learning to perceive that I am not the only one, sincerely thank you for this moment of exchange.

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Avec tous ces échanges, je me sens moins seule avec ce comportement... 

c'est vrai que l'entourage aide bien à nous recentrer, car sinon nous aurions tendance à nous focaliser que sur ce que nous vivons dans l'instant présent en oubliant ce qu'il y a autour de nous. Nous n'en souffrons pas, mais ce sont les autres qui en souffrent. Cela ne fait pas de nous des êtres asociaux mais des personnes avec un fonctionnement différent et je suis certainement la personne la plus fidèle à mes ami(e)s sans devoir rentrer dans un système de codes sociaux à long terme. Une personne qui fait partie de mes ami(e)s me demande me réclame la lune, que je tenterais au mieux de la lui apporter si cela m'est possible. Et pourtant en effet, cette même personne pourrait ne pas recevoir ma visite pendant 2 ans, sans que j'en éprouve un quelconque manque affectif.  C'est pourtant un lien fort qui reste dans l'âme. Je vous remercie de nos échanges et j'apprends à percevoir que je ne suis pas la seule, merci sincèrement pour ce moment d'échange. 

 

Link to post
Share on other sites
On 25/02/2021 at 00:20, Keith J. Clark said:

Salut Laurence, bienvenue!

Je suis désolé de ne pas avoir eu beaucoup de temps pour suivre votre travail ici, ainsi que les autres. Mais je pense que c'est excellent, et nous avons besoin d'échantillons d'images de nos expériences. J'apprécie également votre description détaillée de qui vous êtes et de ce que vous faites.

Cette image ci-dessous du flux Perlin - est excellente!

texte (44) .png

 

Ce site a une galerie de photos - je voudrais vous demander d'envisager de créer une galerie de photos de vos meilleures photos en utilisant différentes méthodes. Essayez de choisir vos meilleures photos de tous les temps. Ce serait merveilleux si vous créiez une galerie, nous vous en serions très reconnaissants.

Visitez ici: https://www.varanormal.com/gallery/

On se parle plus tard,

Keith

Je comprends parfaitement que vous n'ayez pas toujours le temps de tout voir et de suivre le travail ici, ainsi que les autres. Je suis souvent appelée à travailler avec des familles d'enfants autistes bénévolement pour leur permettre d'améliorer leur quotidien. On peut aussi être ici à l'instant T et à un autre plus tard. Le plus important, je crois, c'est de faire au mieux, et c'est ce que vous faites parfaitement. J'aime ce groupe. Je le découvre doucement, tranquillement et j'apprécie chaque chose. Je vais regarder comment faire l'album et je le ferais, je vais suivre vos conseils. J'ai toujours besoin d'apprendre à maitriser en premier les choses. Pour le forum, je commence seulement à comprendre comment faire, alors le reste va suivre lentement mais sûrement !  

Merci pour vos encouragements, au plaisir de partager... 

Laurence 

__________________________________________________________________________

I fully understand that you don't always have time to see everything and follow the work here, as well as the others. I am often called upon to work with families of autistic children to help them improve their daily lives. We can also be here at time T and at another later. The most important thing, I believe, is to do your best, and that's what you do perfectly. I like this group. I discover it slowly, quietly and I appreciate everything. I'm going to watch how to make the album and I will, I will take your advice. I always need to learn to master things first. For the forum, I'm only starting to figure out how to do it, so the rest will follow slowly but surely!

Thank you for your encouragement, looking forward to sharing ...

Laurence

 

Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...

Important Information

We have placed cookies on your device to help make this website better. You can adjust your cookie settings, otherwise we'll assume you're okay to continue.